top of page

L'ENFANT INTÉRIEUR


Il a souffert, il a pleuré, il est marqué. Ce dont il se souvient ce ne sont que des traumatismes et des évènements négatifs qu'il a pu vivre. « Lui », c'est votre enfant intérieur, ce petit garçon ou cette petite fille qui n'a retenu de sa vie que son lot de noirceurs.


Qui a dit qu'il fallait laisser les enfants pleurer pour en faire vingt ans plus tard, des balafrés, des écorchés du sentiment et des paumés de l'amour véritable ?

Vous êtes là, recroquevillé dans un coin de votre chambre, la tête dans les genoux et les yeux rougis par des sanglots profonds qui ramènent une douleur venue d'outre-tombe. Votre peine est sans commune mesure. Comment ces êtres que vous aimez plus que tout au monde, ceux qui vous ont donné la vie peuvent-ils vous laisser choir ici, seul, vidé de votre espérance et privé de cet amour que vous cherchez éperdument depuis votre naissance ?

Vous vous sentez abandonné, rejeté, humilié, trahi et injustement traité.

Vous ne comprenez pas. Vous vous demandez pourquoi tout cela et pourquoi ont-ils choisi de vous avoir, sans savoir qu’en réalité, c’est vous qui les avez choisis.


Que faites-vous ici, sur cette terre à cette époque, pourquoi vous et pas un autre ou une autre ? Qu'attend-on de vous ? Est-ce cela la vie ?

Vidé de toutes vos larmes avec le poids de votre tristesse et cette lourde peine, vous vous sentez comme un petit chien qu'on aurait voulu pour Noël et que l'on jette sur le bord d'une route six mois plus tard, parce qu'il encombre et que l’on n’a pas de temps à lui consacrer. Pas de temps pour vous écouter, pas de temps pour vous regarder, tout simplement pas le temps de vous aimer.


Mais les grands savent-ils ce qu'ils font ? Ont-ils oublié leur propre parcours et ce qu'ils ont ressenti quand ils étaient à votre place ? Savent-ils qu'ils détruisent une partie de votre innocence ?

Peut-être participent-ils inconsciemment de votre propre construction intérieure et à votre développement émotionnel, même si ce n'est pas de la meilleure manière qu'il soit. Peut-être ont-ils ce rôle à jouer auprès de vous, pour raviver les blessures profondes que vous trimbalez tel un lourd paquetage. Posez-vous cette question maintenant que vous êtes devenu un "grand" à votre tour.

Regardez tout cela avec honnêteté, avec objectivité et pardonnez. Pardonnez-vous de ne pas avoir su réagir, pardonnez-vous de n'avoir été qu'un enfant face à ces adultes qui vous ont blessé. Pardonnez-leurs, ils avaient oublié cette douleur ou préféré ne plus s'en souvenir. Ils portent en eux leurs propres fardeaux et n'ont pas toujours su tirer les enseignements de ce qu'ils ont vécu, quand ils étaient à votre place, dans leur chambre, recroquevillés sur eux-mêmes, la tête dans les genoux et les sanglots lourds.

Imaginez cette scène comme deux miroirs qui se feraient face. S’ils n’ont pas su regarder leur reflet, faites-le pour eux et pardonnez leur manque de discernement, parce qu'aujourd'hui si vous ne le faites pas, vous n'avancerez pas et vous prenez le risque de faire les mêmes erreurs qu’eux. Ne soyez pas eux, devenez vous-même en développant votre compassion.

Regardez ce petit enfant qui sanglote et qui pleure, là tout seul dans sa chambre et ouvrez-lui les portes de votre cœur. Parlez-lui, dites-lui que vous comprenez ce qu'il ressent et que toutes ces blessures lui ont permis d'être aujourd'hui l'adulte que vous êtes.

Dites-lui merci d'avoir suivi ce chemin. Rassurez-le, serrez-le fort dans vos bras et embrassez-le, cajolez-le, consolez-le car il n'a plus que jamais besoin de vous, dites-lui que vous l’aimez, que vous vous aimez...


Regardez maintenant avec bienveillance tout ce que la vie vous a apporté de beau et de bon lorsque vous étiez enfant. Rappelez-vous vos rires, vos fous rires, vos moments de délires et gardez-en le meilleur souvenir, oui, ne gardez que ces instants de joie, parce qu’eux aussi ont existé.


Isore Vally, Medium Channeling & Thérapeute de l’Âme

 

47 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page